Discussion à visée philosophique

Synthèse de la discussion à visée philosophique

                                   « Peut-on aimer tout le monde ? »

Non parce qu’il y a des gens pas très aimables.

-         Oui, quand on est sympa entre nous, on peut tous s’aimer.

-        Ça demande de faire des efforts pour être aimé des autres.

-          Je trouve qu’ « x ». fait des efforts pour avoir des amis.

-          Oui, même si on se dispute, on peut se réconcilier. On peut essayer de faire changer les gens en étant gentils avec eux, mais ça ne marche pas à tous les coups.

-          « y ». a fait des efforts.

-          « x ». embête un peu moins les gens cette année. C’est bien, je joue avec elle.

-          On arrive plus que l’année dernière à jouer avec « x ».

-          Si on peut s’exprimer, on se supporte mieux car on dit aux autres ce que l’on ressent.

-          Je trouve cette conversation pathétique : pour pouvoir aimer les autres il faut d’abord s’aimer soi-même.

-          Il faut faire l’effort d’aller vers l’autre.

-          Aimer tout le monde, ce n’est pas obligatoire, mais respecter tout le monde, c’est quelque chose qu’on doit faire tout le temps. C’est un peu la moindre des choses.

-          On a tous des caractères différents et du coup parfois, ça nous énerve quand quelqu’un ne pense pas comme nous ou ne réagit pas comme nous.

-          On peut aimer quelqu’un en apprenant à le connaître. On peut éprouver de la compassion, alors que quand on ne le connaissait pas il nous énervait, on ne l’aimait pas.

-          Dans aimer, il y deux sens, il y a « amitié », et il y a « amoureux ».

-          « Amoureux », ça fait souvent rigoler ou ricaner.

-          Ça fait rigoler parce que ça nous met mal à l’aise.

 

-          Ça fait rigoler par ce que c’est secret : on n’a pas envie de le dire à tout le monde.